LA REQUALIFICATION DES FRICHES URBAINES : ENJEU ET OUTIL DES POLITIQUES REGIONALES DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL DURABLE REFLEXIONS A PARTIR DU RAPPORT DU CESER DE LA REGION CENTRE-VAL DE LOIRE

Jean-Paul Carrière

Abstract


Lors du 35ème colloque Dimitrie Cantemir, organisé par le Département de Géographie de l’université de Iaşi, en octobre 2014, nous avions été amené au cours de la session inaugurale à nous interroger sur les enjeux épistémologiques et théoriques du développement territorial durable (DTD), en tentant d’analyser en quoi une stratégie de développement local s’inspirant des principes de la durabilité peut contribuer à la redynamisation et à la résilience des territoires, en particulier de ceux ayant subi pleinement les chocs de la crise mondiale et de la globalisation (J-P. Carrière, 2014 et 2016). Le présent article2 a pour ambition de revenir sur cette question de façon plus pragmatique en présentant les conclusions d’une étude sur la requalification des friches urbaines, menée au sein du Conseil Economique, Social et Environnemental de la Région Centre-Val de Loire3, et dont nous avons été le rapporteur (rapport CESER Centre – Val de Loire, 2015). On reprend ici de façon synthétique les conclusions de ce rapport, en introduisant une série de réflexions complémentaires et plus générales.

L’étude initiale a été conduite en fonction de 3 objectifs principaux et complémentaires :
- Partant de l’hypothèse que la Région peut jouer un rôle important dans la lutte contre l’étalement urbain, afin d’en limiter les conséquences négatives, le groupe de travail du CESER avait pour ambition de trouver des réponses de niveau régional à ce phénomène, qui prend des formes particulièrement aiguës en France, puisque c’est l’équivalent de la surface d’un département français en zones naturelles ou cultivées qui se trouve artificialisé tous les 7 ans en moyenne, soit environ 5500 Km² ; ceci non seulement sous l’effet de l’extension des zones résidentielles péri-urbaines, mais aussi de celle des zones d’activité et/ou commerciales.
- Ayant pu constater que, en particulier sous l’effet de la crise économique, les friches se développent au coeur même des villes, les auteurs de l’étude entendaient proposer des solutions pragmatiques en vue de permettre la reconversion de ces zones.
- Mais au-delà de cet objectif, il s’agissait de proposer des pistes d’action en termes de gouvernance, de planification urbaine et de maîtrise foncière sur le territoire de la région d’étude ; et, in fine, de déboucher sur des préconisations à destination des acteurs locaux et régionaux, publics et privés, susceptibles d’être impliqués dans la conception et la mise en oeuvre d’une politique de requalification des friches.
- Trouver des réponses de niveau régional au phénomène de l’étalement urbain pour en limiter les répercussions négatives4.
Pour rendre compte des résultats des travaux du CESER, et élargir notre réflexion à la façon dont des actions de requalification des friches urbaines peuvent s’inscrire dans une stratégie régionale de développement territorial durable (DTD), nous essaierons de préciser dans un premier temps l’objet-même de l’étude. Nous pourrons alors envisager les enjeux de la reconversion des friches, pour ensuite nous interroger sur la portée des préconisations du CESER en matière de politique de requalification. Ceci nous permettra en conclusion d’expliciter les apports d’une telle politique en termes de DTD




DOI: http://dx.doi.org/10.15551%2Flsgdc.v43i2.1128

Refbacks

  • There are currently no refbacks.